Le centre

Créé en 2017, le CENTRE AFRICAIN DE DROIT INTERNATIONAL PÉNAL ET DE DROIT HUMANITAIRE (CADIPH) a son siège à Ouagadougou au Burkina Faso. Le Centre s’est donné une mission principale d’analyse, de plaidoyer, de sensibilisation, de formation, d’appui-conseil au bénéfice d’organismes étatiques (concentrés et déconcentrés, centralisés et décentralisés), des organisations internationales, du secteur privé et de la société en générale. Le CADIPH part de l’idée qu’en temps de paix d’abord, puis en période de tensions ou de conflits armés ensuite, la sensibilisation autour des principes du Droit International Humanitaire et des vertus dissuasives du Droit International Pénal, est l’une des clés qui permet de bâtir un monde préservé d’indicibles souffrances et respectueux à la fois de la dignité humaine et des valeurs qui sous-tendent la conscience publique universelle. La capacité à minimiser la commission de crimes graves lors des conflits armés passe, en amont, par une institutionnalisation permanente des outils de formation, de sensibilisation, de promotion et de vulgarisation à la fois du Droit International Humanitaire et des vertus dissuasives du Droit International Pénal. Le but du CADIPH est de combler ce vide existant principalement dans l’espace africain francophone. Pour s’engager dans l’opérationnalisation du Centre, les promoteurs ont intégré les aspects suivants :

Considérant que l’apport scientifique et pratique d’un Centre d’études, de recherches et de plaidoyer en Droit international Pénal et en Droit International Humanitaire est opportun ;

S’appuyant sur le fait qu’un Centre en Droit International Humanitaire et en Droit International Pénal basé en Afrique sera d’un apport considérable dans la promotion des valeurs du Droit International Humanitaire et de sa mise en œuvre ;

Considérant qu’un Centre en Droit International Pénal et en Droit Humanitaire basé en Afrique sera utile à l’étude, à la compréhension et à la vulgarisation des principes inhérents à ces matières ;

Considérant la nécessité d’offrir une connaissance théorique et pratique du Droit International Humanitaire et du Droit International Pénal aux jeunes chercheurs et de les préparer à faire face à des enjeux internationaux touchant à la pratique ;

Considérant qu’il est nécessaire de créer un pôle d’excellence en matière d’assistance, de formation et de recherche au profit des États, de la société civile et d’autres partenaires intéressés, dans le domaine du Droit International Humanitaire et du Droit International Pénal dans l’espace africain ;

Conscient de la nécessité d’encourager les États à respecter le Droit International Humanitaire et à promouvoir les vertus du Droit International Pénal, en intégrant et en vulgarisant les principes dans les systèmes nationaux ;

Considérant la nécessité de renforcer la capacité des États africains, des acteurs non étatiques ainsi que des organisations régionales, internationales et sous régionales dans le domaine du Droit International Humanitaire et du Droit International Pénal;

Constatant le besoin de renforcer spécifiquement la capacité des institutions judiciaires, des Forces de défense et de sécurité ainsi que des défenseurs en droits humains dans le domaine de la connaissance du Droit International Humanitaire et du Droit International Pénal ;

Ayant pris conscience de l’urgence de créer une véritable diplomatie du Droit International Humanitaire et du Droit International Pénal en attirant l’attention des États et des acteurs non étatiques sur les risques ou les violations graves du Droit International Humanitaire ainsi que leurs conséquences au niveau du Droit International Pénal ;

Décider à faciliter les échanges intellectuels et la circulation des savoirs en favorisant la mobilité, l’innovation et la collaboration entre les institutions, les chercheurs universitaires et les étudiants du Sud et du Nord en matière d’études du Droit International Humanitaire ainsi que du Droit International Pénal ;

Décider à créer une vitrine de veille permanente et institutionnalisée de suivi et de mise en œuvre du Droit International Humanitaire et du Droit International Pénal en étroite collaboration avec les États et les institutions africaines ainsi que l’ensemble de la communauté internationale ;

Il a été solennellement décidé de lancer l’idée d’un CENTRE AFRICAIN DE DROIT INTERNATIONAL PÉNAL ET DE DROIT HUMANITAIRE (CADIPH) à Ouagadougou au Burkina Faso. Bien que la CADIPH soit autonome et est une organisation autofinancée qui compte sur le soutien financier de partenaires privés et gouvernementaux, elle compte lier un partenariat avec les Universités africaines pour bénéficier de leur service et de leur coopération. Les activités principales du Centre se résument comme suit :

  • Analyser

Le CADIPH s’appuie pour son rayonnement scientifique sur des chercheurs issus d’horizons et de disciplines divers. Ces hommes et ses femmes se composent de chercheurs permanents et de chercheurs associés.

  • Former

La Centre proposera des stages et des enseignements axés sur le droit international humanitaire et le droit international pénal afin d’initier les étudiants de niveau supérieur ainsi que les professionnels cibles (Magistrats, Procureurs, Avocats, Forces de défense et de sécurité, les officiers de polices judiciaires, Humanitaires, Journalistes, Société civile, etc), aux enjeux profonds, contemporains et pratiques afférant à ces disciplines. Chaque année, de nombreux jeunes de niveau Master et/ou Doctorat en provenance du Nord comme du Sud seront intégrés à l’équipe de recherche du Centre afin d’asseoir son rayonnement régional et international. Enfin, en fonction des demandes ou de l’identification des besoins sectoriels, le CADIPH offrira aux décideurs, aux entreprises privées ainsi qu’à la société civile des conférences et des formations sur mesure portant sur la connaissance, la bonne maîtrise et l’applicabilité du Droit International Humanitaire et du Droit International Pénal.

  • Appui-Conseil-renforcement de capacité

Le Centre propose la fourniture de conseils juridiques tous azimuts relativement au Droit International Humanitaire et au Droit International Pénal. L’enjeu est de contribuer à renforcer la capacité des États africains, des acteurs non étatiques ainsi que des organisations régionales, internationales et sous régionales dans le domaine de prédilection du CADIPH.

  • Plaidoyer

Le CADIPH se veut d’être un Centre d’excellence en matière de  Droit International Humanitaire et le Droit International Pénal à l’échelle africaine. De ce fait, de nombreuses missions de terrains que ce soit à titre de plaidoyer, d’assistance et de conseils, seront utiles au sein des États du continent pour aider les institutions judiciaires et les autres institutions locales concernées, à  bien s’outiller en matière de  Droit International Humanitaire et de Droit International Pénal.

  • Diffuser

Grâce à l’expérience d’une équipe qualifiée qu’elle mettra en place, le CADIPH se dotera d’outils efficaces en matière de diffusion publique. Le Centre se donnera les moyens d’assurer à long terme une présence importante de ses activités à l’échelle du continent. Elle transmettra son expertise auprès d’universités, d’organismes d’États, d’organisations internationales, du secteur privé et de la société par des publications, des conférences, des colloques, des écoles d’été, etc. Ainsi, à l’aide de son site internet, d’un blogue qu’il mettra en place, de sa présence sur les réseaux sociaux ainsi qu’au travers de ses interventions médiatiques et de ses publications didactiques, elle devient une interface entre le monde scientifique et le grand public en matière de promotion des idéaux et principes du Droit international Humanitaire et du Droit international pénal.

Soyez le premier à commenter sur "Le centre"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


13 + 18 =